les fascias, le 80ème organe ou l’interstitium Article source http://santenature.over-blog.com/2018/06/les-fascias-le-80eme-organe-ou-l-interstitium.html.

les fascias, le 80ème organe ou l’interstitium Article source http://santenature.over-blog.com/2018/06/les-fascias-le-80eme-organe-ou-l-interstitium.html.

Le docteur Paulcarl nous a mis sur la voie de cet interstitium et depuis, j’avoue que je me passionne pour ce 80ème organe, et quel organe ! incroyable qu’en 2018 on découvre encore un organe dans le corps humain, même si de nombreux thérapeutes parlaient et utilisaient les fascias, sans savoir exactement l’importance que pouvait avoir cette immense toile d’araignée pour la compréhension du fonctionnement du corps humain. .

Pour mieux comprendre ce que sont les fascias ou ce fameux 80ème organe il suffit de s’imaginer un pamplemousse avec toutes ses peaux qui entourent les quartiers du fruit. Cette pellicule blanche qui entoure tous les éléments du fruit est une bonne représentation de la façon dont chaque élément du corps humain est gainé et entouré par une de ces membranes qui connecte entre eux tous les organes.

On pourrait penser que cet organe est insignifiant, après tout, c’est ce que l’on jette lorsque l’on mange un pamplemousse, mais ce n’est pas le cas car les chercheurs considèrent que ces fascias pèsent environ entre 15 et 20kgs chez un adulte, énorme !

Cette énorme toile d’araignée est un réseau fibrillaire où il n’y a pas d’espace libre, les fascias sont partout, on ne peut les ignorer. Ils sont constitués en particulier de collagène dont les fibres se regroupent en cordons qui possèdent la résistance de l’acier à la traction, et d’élastine, des fibres élastiques qui peuvent s’étirer du plus du double de leur longueur. C’est un maillage entre tous les éléments du corps humain, entourant, pénétrant et traversant chaque organe, chaque os, chaque muscle, chaque articulation, y compris cerveau et moelle épinière, nerfs, vaisseaux et chaque fibre musculaire. Tout est connecté par cette organisation fibrillaire qui unit et garde la cohérence du corps. En fait le plus gros organe de notre corps c’est celui-là, le plus important, le plus fabuleux, puisqu’il conditionne la santé de tous les autres. Si cet organe est malade, s’il a perdu de sa souplesse, s’il est grippé, c’est tout l’ensemble qui vacille. C’est ainsi qu’une douleur aux cervicales peut très bien avoir un rapport avec les pieds ou avec une toute autre partie du corps. de la peau, jusqu’aux organes profonds ou jusqu’au cerveau, tout est connecté.

Un réseau de fascias majeurs parcourt l’arrière du corps depuis les cervicales, le dos, l’arrière des cuisses, les mollets, les tendons d’Achille et la voûte plantaire. C’est une bande large richement innervée et ces fascias possèdent de nombreux récepteurs à la douleur. Cela apporte concrètement une explication logique à l’acupuncture, à l’ostéopathie, à la réflexothérapie, les massages ou toute autre médecine globale.

Ci-dessous, quelques méridiens d’acupuncture qui parcourent la région du dos d’après le docteur Roger de la Fuye dans son « traité d’acupuncture ».

Par contre,  je ne vois pas en quoi cette trame des fascias accrédite l’homéopathie comme il est dit dans le texte d’Hervé Bazin. La mémoire de l’eau, d’accord, mais les fascias…L’homéopathie est une médecine globale, non violente, mais pour le reste…

Ce maillage doit être un peu comme la lymphe, on le trouve partout, et nul doute qu’il doit servir de moyen de communication et de transmission de l’information et de l’énergie. J’espère aussi que les recherches vont aller dans le sens de son impact sur les maladies et donc que l’on va chercher les thérapeutiques qui vont pouvoir être utilisées avec ce formidable nouvel outil de transmission.

Cela renforce l’idée d’une médecine holistique et non plus une médecine parcellaire. Les médecins « spécialistes » qui parait-il sont plus nombreux que les généralistes, et qui ne soignent qu’une partie du corps, peuvent commencer à revoir leur copie.

L’activité physique prend ici tout son sens elle qui favorise les étirements, les glissements de ces fascias les uns sur les autres, et ce faisant, favorise un bon réseau de fascias.

Ces fascias réagissent aussi bien aux stress, qu’aux émotions ou aux différents traumatismes et on peut dire qu’ils sont le lien entre tous les organes, aussi bien os, que muscles, organes, et sans eux notre squelette s’écroulerait pour former un tas d’os sur le sol.

L’eau est essentielle pour leur santé (70%). Sans hydratation les différentes couches glissent mal les unes sur les autres ce qui occasionne douleurs et troubles des fonctions. L’acide hyaluronique est également un composant de ces cellules du fibroblaste.

On a pu voir sur Arte un sujet passionnant à leur sujet où l’on voit entre autres expériences, une aiguille d’acupuncture enfoncée dans la peau et qui est aussitôt entourée de ce réseau fibrillaire ce qui provoque une résistance lorsque l’on retire l’aiguille. et c’est un phénomène que j’ai pu effectivement constater personnellement. Et bien sûr, quel crédit pour cette technique ! On a accès à tout le réseau de fascias. Par ce réseau on va pouvoir bénéficier de bienfaits insoupçonnés jusqu’à aujourd’hui. Ce réseau est richement innervé ce qui explique que lorsqu’il y a un problème à ce niveau c’est tout de suite douloureux. Par le biais de ce réseau les douleurs remontent jusqu’au cortex cérébral où la douleur est perçue. Voilà un tout nouveau moyen d’action et de compréhension du phénomène de la douleur.

Avec ce nouvel organe on comprend mieux pourquoi on doit rechercher l’harmonie de tout l’ensemble plutôt que de s’acharner sur la partie malade, qui est la partie visible de l’iceberg. Nous avons là une porte ouverte sur un champ immense et vierge pour la recherche. A partir de ce 80ème organe on va avoir accès d’un seul coup à tout l’ensemble de l’édifice, c’est extraordinaire. Et puis une vingtaine de kgs tout de même, nous sommes d’abord nos fascias, quelle surprise qu’on ne découvre ce formidable organe qu’aujourd’hui et aussi quel extraordinaire espoir pour de nombreuses maladies !

Maintenant la finalité sera de bien comprendre ce fabuleux 80ème organe, comment le dorloter, le chouchouter, le soigner, qu’est-ce qu’il aime, qu’est-ce qu’il n’aime pas, quel est l’impact de l’alimentation et quelle est la diététique qui lui convient le mieux ? Quel rôle il joue précisément avec les organes qu’il entoure ? est-ce qu’il a une action thérapeutique? est-ce qu’il a seulement des échanges ou encore un rôle de protection ? nous avons tellement de choses à apprendre à ce sujet.

On sait déjà qu’il est composé de collagène en priorité. C’est déjà une petite indication quant on sait que la vitamine C que nous préconisons depuis longtemps, est indispensable à la fabrication de ce collagène, donc favorable à notre nouvel ami, le 80ème organe. Egalement composé de beaucoup d’eau…

Nous sommes là devant un sujet passionnant, c’est le début de l’aventure…

Fernand Joubert

Tags : médecine holistique, acupuncture, ostéopathie, réflexothérapie, lymphe, fascias, 80ème organe,  interstitium, collagène, vitamine C, douleur, acide hyaluronique, activité physique.